L'origine des Diskoviskotoushky, les célèbres mini-boîtes de nuit kitschistanaise, remonte aux années Disco. En 1972, le président (élu démocratiquement et a la tête du pouvoir depuis 75 ans) était Donaldsky TroumpSbalouf III. Il détestait la musique, la fête et les gâteaux d'anniversaire. Il n'aimait que les comptines nazischky chantées par sa tendre et douce nounou Attilaskaya Terorosky. Pendant tout son règne, toute forme de diffusion musicale et de pas de danse étaient punis de lapidation à  la gousse d'ail. Et ce, jusqu’à la mort.

Une des premières Diskoviskotoushky avec son public en folie

Le peuple kitshistanais ne pouvait se résoudre à  se conformer à ces interdits. Leur culture ancestrale de la fête et de la danse était si forte. Des rebelles du DiskouvFrontovskok (Front de Libération de la Boule à facette) eurent donc l’idée de créer des mini-boîtes de nuit clandestines dans les 4 coins du pays. Les Diskoviskotoushky étaient nées.
Dans cette période oppressante et à  la fois pétillante, sont nées de nouvelles traditions populaires : les tenues pailletées, les perruques colorées, le Shlouiglov (danse de couple en solo), le Karaokitsch, les chants Popularovitsch, le Pouldansky (danse avec sa poule), la musique Troulouloushk,...

Portrait de Donaldsky TroumpSbalouf III fait l'un des jours les plus heureux de sa vie

Portrait d'Attilaskaya Terorosky, la

douce nounou de Donaldsky

TroumpSbalouf III. Aussi une des

plus belles femmes de cette période.

A la mort de Donaldsky TroumpSbalouf III en 1985, son fils Erdolvan Pultin IV hérita de la couronne démocratique du pays.
Dans ses folles années de jeunesse, ce dernier s’échappait secrètement pour passer des nuits déjantées dans ces lieux interdits, qu’étaient ces fameuses mini-boîtes de nuit. Arrivé au pouvoir, il fit du symbole de sa jeunesse l’emblème de son pays.
De nos jours, on compterait entre 5000 et 10000 Diskoviskotouschky dans tout le Kitschistan. Elles sont donc maintenant complètement acceptées par le pouvoir en place qui les à mises en étendard de sa culture sur le plan international. Il existe même un ministère qui les régit.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now